Faisons un peu de mauvaise pub

Alors voilà, j’ai été vendredi passé (le 2 juillet 2010, donc) avec mon joli vélo plié dans le « Copyland » de la Chaussée de Wavre, près du Colruyt et à côté de la VUB, pour y faire reproduire en quelques exemplaires une version d’un travail de fin d’études.

Le jeune homme qui m’a accueilli fut immédiatement fort agréable, s’excusant de ne pouvoir me servir immédiatement. Il m’a ensuite invité à prendre connaissance de la promo à laquelle j’avais droit sans le savoir, et m’a fait comprendre que c’était vraiment une très bonne promo. Il lance une première impression, m’invite à jeter un œil au résultat afin de détecter d’éventuels soucis, puis procède à la suite des impressions.

Et pourtant je ne retournerai plus dans cet endroit. Le prix était raisonnable (moins de 18€ pour 6 exemplaires avec reliure collée, et plastiques de couverture sur document d’une petite centaine de pages), mais l’agréable vendeur a été assez vexé que je m’interroge sur le papier que je devais signer : première fois en dix ans qu’on lui faisait le coup de vouloir lire attentivement ledit papier. J’admets que je n’ai pas compris son étonnement et que cela m’a refroidit. D’autant qu’il était mention de « Bon de commande/ticket de caisse ». J’ai barré la mention « Bon de commande » avant de signer.

Il a également profité d’un moment de silence pour dire qu’il trouvait vraiment incroyable et incorrect que les autres « copyshops » profitent des étudiants en ne faisant même pas de promo. Là encore, j’étais surpris par cette inutile pique envers ses concurrents.

C’est un peu avant de le quitter qu’il m’a signalé que mon vélo (plié, je le rappelle : il prend strictement moins de place qu’une valise) n’était pas non plus le bienvenu. Après avoir –vainement– tenté d’argumenter, ce à quoi il a répondu que je pouvais le laisser dans l’entrée et que c’était déjà pas mal, j’ai fini par l’assurer qu’il ne reverrait plus mon vélo chez lui.

Promesse que je tiendrai donc, mais dont je crains qu’il n’en ait pas immédiatement saisi la (bien pauvre) subtilité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :